Col des Plines / Col Droit - Traversée Champex - La Fouly par les cols des Plines et des Planereuses - Col des Planereuses - Mont-Blanc - Switzerland
Col des Plines / Col Droit - Traversée Champex - La Fouly par les cols des Plines et  des Planereuses

Col des Plines / Col Droit - Traversée Champex - La Fouly par les cols des Plines et des Planereuses

Col des Planereuses - Mont-Blanc - Switzerland

Information
Min / max altitude1592m / 3294m
Duration2 days
Main facingN
Route typetraverse
Glacier gear required
Source

Traversée facilement réalisable en transports publics.

Jour 1

De Champex, le télésiège de la Breya permet de monter à 2194 m. De là, suivre le chemin menant à la cabane d’Orny (entièrement balisé, 2h30). Remonter ensuite le glacier d’Orny jusqu’au col d’Orny (3098 m) puis monter plein S en direction du col des Plines (col Droit 3294 sur carte IGN). Viser un monticule de rocher au centre de l’ouverture, le point 3294 m. Le glacier est facile et comporte de rares crevasses. (1h30) Ne pas aller sur la 1re “ouverture” sur la gauche en partant de la paroi rocheuse (Aiguilles Dorées) malgré les cairns présents (il faut un rappel pour descendre de l’autre côté), mais prendre la 2e “ouverture”. Ensuite, il faut louvoyer. Du col, se faufiler entre le point 3294 m et le point 3325 m. La descente se fait alors plein E sur quelques mètres (cairns) puis tourne au S et descendre directement dans les éboulis sur le bivouac de l’Envers des Dorées. (1h)

D’autres passages sont possibles en fonction des conditions de neige, mais ce passage est probablement le plus évident. Cette traversée peut être cotée T4/T5. Compter 4h pour des habitués, 5h pour des débutants.

Jour 2

Du bivouac, descendre une centaine de mètres vers le S, puis emprunter un étroit couloir qui descend au SW. Rejoindre approximativement le point 2759 m. Accéder ensuite tant bien que mal à la moraine du glacier de Saleina puis rejoindre ce dernier légèrement au-dessus de 2600 m. Cette descente se fait entièrement dans un champ de blocs instables. (1h30) Traverser le glacier plein S et attaquer la montée au col des Planereuses (3030 m). Cette montée était autrefois décrite par le glacier de l’Evole surplombant la cabane de Saleina. Ce glacier étant actuellement remplacé par un champ de blocs, il convient, en été particulièrement, d’effectuer cette montée “directement et au mieux” en évitant les parties en glace raides. Il est probablement recommandable de remonter la branche gauche du glacier (à main droite donc !) jusque vers 3010 m puis de traverser complètement à main gauche en passant par une sorte de vire surplombant les rochers centraux. De cette manière, éviter la partie du glacier située directement au-dessous du col, raide et complètement bleue en août 2008. (2h). En arrivant au col, prendre plutôt à droite, cela évite de passer sous un très gros rocher en équilibre en descendant de l’autre côté ! (SE) Du col, descendre une trentaine de mètres dans les éboulis, puis suivre au SE le glacier des Planereuses jusque vers 2940 m. En tirant au SSW, atteindre alors le pied d’un couloir “péteux”, le remonter pour atteindre le col supérieur de Crête Sèche (pt 3024m sur carte IGN et Suisse) (1h) On est attiré par l’échancrure que l’on voit en face sur la gauche, mais le col c’est bien le couloir (pas attirant) raide que l’on voit à droite. De là, rejoindre aisément le col des Essettes (3113 m) en traversant le glacier de Treutse Bô (qui n’en est plus vraiment un à la cote 3000 m) (30min) Un couloir W mélangeant névés et blocs branlants permet alors de descendre au pied de ce qui reste du glacier de la Grande Lui. (2900 m env.). Présence de points d’assurage sur le rocher en haut à droite et vers le milieu du couloir. Rejoindre ensuite “directement et au plus simple” la cabane de l’A Neuve par des moraines et des pierriers. (1h)

Cette traversée peut être cotée T5/T6. Compter 5-7h pour la traversée en fonction des conditions d’enneigement auxquelles on ajoutera 2h-2h30 pour rejoindre la Fouly par le sentier de la cabane. Total : 7-9h.

  • Il ne s’agit ni véritablement d’une course d’alpinisme, ni véritablement de randonnée.
  • Le niveau d’expérience requis dépasse celui du randonneur mais cette course peut facilement être effectuée par un débutant s’il est accompagné.
  • L’ancien livre de randonnée du CAS cotait cet itinéraire RAE (Randonneur Alpin Expérimenté). Ceci dit, la fonte des glaciers a tendance à rendre cette traversée davantage technique à cause de la présence de glace vive d’une part et des passages rocheux aux cols d’autre part, qui désormais “sortent” des glaciers.
  • Parcours très dépendant des conditions de neige.
Creative Commons logo

The text and images in this page are available
under a Creative Commons CC-by-sa licence.