Aiguille N de Tré la Tête (ou Tête Blanche) - Traversée NW → S - Aiguille N de Tré la Tête (ou Tête Blanche) - Mont-Blanc - France
Aiguille N de Tré la Tête (ou Tête Blanche) - Traversée NW → S

Aiguille N de Tré la Tête (ou Tête Blanche) - Traversée NW → S

Aiguille N de Tré la Tête (ou Tête Blanche) - Mont-Blanc - France

Information
Min / max altitude1870m / 3892m
Duration2 days
Main facingNW
Route typetraverse
Gear- Quelques coinceurs et sangles pour s'assurer sur l'arête si on choisit la descente optionnelle.
Glacier gear required
Source

Montée à l’Aiguille N de Tré la Tête

Par la face NW. Remonter le glacier de Tré la Tête en restant éloigné (c’est-à-dire rive droite, donc à main gauche) des possibles chutes de séracs des faces NW jusque vers 3200 m, avant de bifurquer à droite en restant toujours le plus à gauche possible pour surmonter le premier sérac. Franchir au mieux les deux rimayes, la première au bas de la face et la dernière sous la pente raide finale. Pour cette dernière, tirer en général à gauche vers un petit col vers 3750 m.

Traversée Aiguille N - Col de Tré la Tête supérieur

Du sommet, poursuivre l’arête vers le SE. Celle-ci conduit naturellement vers un couloir qui donne accès au glacier suspendu au-dessus du versant Tré la Tête. Descendre sur le plateau glaciaire suspendu, passer au pied de l’arête (itinéraire décrit dans le guide Vallot) et continuer en traversée descendante vers un épaulement (au NE du point coté 3680 m) qui permet de passer versant italien (peu raide mais exposé).

Descente versant italien

Une belle pente S (200 m) donne accès au plateau débonnaire du glacier de la Lée Blanche où l’on rejoint l’itinéraire de descente du col de Tré la Tête. À la sortie du plateau, vers 3300 m, la première zone de crevasses et séracs se contourne indifféremment à droite ou à gauche. Il faut ensuite revenir au centre avant de sortir en rive gauche à travers une zone mouvementée pour rejoindre l’exutoire du glacier du Petit Mont Blanc.

Quelques crevasses à négocier en restant sur la croupe formée par la jonction des deux glaciers (moraine latérale) pour sortir en rive droite vers 2350 m. De là, on aperçoit le refuge Soldini en contrebas.

Cet itinéraire demande une bonne expérience de l’évolution sur glacier pour être effectué à vue et peut nécessiter d’évoluer encordé à la descente. Attention à l’horaire pour négocier les ponts de neige.

Retour à la ville des Glaciers

Monter par des pentes E au pied du glacier de l’Estelette et le traverser vers 2600 m pour aborder la moraine au plus facile. Poursuivre en traversée au-dessus du col supérieur des Pyramides Calcaires pour rejoindre le col de la Seigne, descendre en suivant l’itinéraire du chemin d’été. Attention, en fin de saison, ne pas s’engager sans un solide repérage sur les névés qui couvrent les ruisseaux, la plupart d’entre eux se brisent au-dessus de petites cascades dans du terrain extrêmement délicat.

Option de retour

Possibilité d’éviter une partie des difficultés glaciaires en rejoignant le bivouac Hess (ou bivouac de l’Estelette) sur l’arête du même nom, soit en remontant un couloir à l’aplomb de ce dernier (aléatoire, parfois très corniché ou dévasté par les coulées, souvent les deux en même temps… ), soit, vers 3400 m sur le glacier de la Lée blanche, viser une dépression dans l’arête E du sommet éponyme. Cette dernière donne accès à un couloir qui permet de rejoindre la partie S du glacier et de là, l’arête qui permet de rejoindre le bivouac (c’est le parcours inverse de l’arête E de la Lex Blanche ou du départ de l’arête Kuffner à l’Aiguille des Glaciers).

De là, un couloir W ayant une assez bonne longévité permet de rejoindre la courbe de niveau 2600 m sur le glacier de l’Estelette, d’où l’on rejoint le refuge Elisabetta Soldini ou le col de la Seigne.

Creative Commons logo

The text and images in this page are available
under a Creative Commons CC-by-sa licence.