Aiguille Dibona - 3131, culmen - Écrins - France

Aiguille Dibona

Écrins - France

3131 m

Sommet spectaculaire et emblématique du massif, son ascension, par quelque itinéraire que ce soit, offre toujours des vues impressionnantes, sur un rocher irréprochable. Une référence dans le massif en matière d’escalade rocheuse.

Details

Historique

Première ascension par l’arête N] le 27 juin 1913 par Guido Mayer et Angelo Dibona. Première ascension hivernale le 21 décembre 1932 par le Dr Guyot accompagné de Casimir Rodier et Alexandre Richard.

Ce sommet, dénommé “Pain de Sucre du Soreiller” jusqu’à la première ascension, a pris depuis le nom de son premier vainqueur, ce qui est un bel hommage rendu à celui dont les itinéraires restent des références en matière de grand alpinisme.

Voies d’ascension

Voie Normale

L’arête N] est la voie normale et historique. Elle permet l’accès facile à ce sommet mythique mais sera trop courte pour certains (100 m) Pour ceux qui trouvent son escalade un peu courte, il est toujours possible de l’enchaîner après la Voie du Nain].

Voies anciennes

  • Voie Berthet-Boell-Stofer], escalade évitant astucieusement les difficultés de la face S
  • Voie des Savoyards], belle voie d’escalade ouverte par Pierre Chapoutot et Bernard Wyns en 1967, alors que le gardien leur disait “Descendez ! Cette voie ça va faire de la viande froide !”
  • Face S directe ou Voie Madier S], la qualité du rocher, l’intérêt de l’escalade et la logique du parcours en font une ascension incontournable pour tout alpiniste sensible à la valeur historique d’un bel itinéraire.
  • Face E directe ou Voie Madier E]
  • Face W classique ou Voie Madier W]
  • Arête SW ou Voie Livanos]

Voies modernes

Face S

La face la plus fréquentée de l’aiguille ; lors des belles journées, vous aurez des voisins. On y grimpe souvent en T-shirt mais ne pas oublier qu’on est en altitude.

  • Visite Obligatoire], comme son nom l’indique… une très grand classique
  • Coup de Bambou], voie dans le 6a avec quelques pas plus dur (6c/7a). Sortie par une autre voie
  • Panaché en 5/5+], 13 longueurs dans le 5/5+ avec un peu de 6a.
  • Physique et Sans Issue], la voie la plus dure de la face ?

Face E

La face E est parfois délaissée mais laisse de belles escalades

  • Les Malheurs de Nelly], rééquipée 2015
  • Martine is on the rock], itinéraire délicat à trouver dans le haut, équipé sur spits de 8 et pitons.
  • Sous l’Œil d’Andéol], voie récente… le granite est encore “croustillant”
  • Éthique de la Joie], une autre voie récente amenée à devenir classique en 6a/6a+ max. Voie moins soutenue que Visite Obligatoire.

Face W

Certainement les voies les plus désertes de la Dibona.

  • Caro Airline]

Voies sur le contrefort de gauche

Courtes escalades (3/4 longueurs) à enchaîner avec une autre voie ou après une montée en refuge.

  • Paul]
  • Et]
  • Mickey]
  • Midas]
  • Speedy], principalement en dalle.

Traversée des Arêtes

Traversée du Soreiller : Aiguille Occidentale - Centrale - Dibona]. Joli parcours d’arêtes (qui se développe sur 1 km) sur un très bon rocher.

Alternatives à la Dibona

Le cirque du Soreiller réserve une multitude de belles escalades moins fréquentées qui sont listées sur la fiche du refuge du Soreiller]. Les principaux sommets étant :

  • Tête du Rouget], de nombreuses et belle voies
  • Aiguille Centrale] et Occidentale du Soreiller], avec des escalades faciles
  • Aiguille Orientale du Soreiller], escalade “sportive”
  • Tour Rouge du Soreiller], escalade “sportive”
  • Pointes de Burlan]

Géographie

  • Col associé à la proéminence : Brèche des Clochetons] (3048 m)
  • Plus proche parent : Aiguille Centrale du Soreiller] (3338 m)
  • Parent principal : Le Plaret] (3563 m)
  • Rayon de dominance : ~200 m

Bibliographie

  • Voici un article sur la face S de la Dibona paru dans Vertical.
  • Toponymie du Groupe du Soreiller par Lucien Devies, La Montagne, 1931, p.186 : historique de la dénomination.
  • Toponymie du groupe du Soreiller par Charles Pasquine, La Montagne, 1932, no239, p.183-184 : autre proposition de dénomination du sommet.
  • Le Massif du Soreiller par Jacques Boell, La Montagne, 1932, no244, p.400-424.
  • La Montagne, 1933, no246, 1933, p.75 GHM*, no7, 1933, p. 230 : mention de 1re hivernale.

Routes