Mont Pelvoux - Pointe Puiseux - 3943, culmen - Écrins - France

Mont Pelvoux - Pointe Puiseux

Écrins - France

3943 m

Cette fiche regroupe les informations pour les 4 pointes du plateau du Pelvoux :

  • Pointe Puiseux (3943 m)
  • Pointe Durand] (3932 m)
  • Petit Pelvoux] (3753 m)
  • les Trois Dents du Pelvoux] (3683 m)

Details

Présentation

Le Mont Pelvoux, qui a longtemps été considéré comme le point culminant du massif des Écrins, est une grande, belle et complexe montagne.

Géologie

Le plateau glaciaire sommital est entouré de 4 pointes : Pointe Puiseux (3943 m), Pointe Durand] (3932 m), Petit Pelvoux] (3753 m) et les Trois Dents du Pelvoux] (3683 m).

Historique

  • La première ascension du Pelvoux a été réalisée le 30 juillet 1828 par le capitaine Adrien-Armand Durand avec les chasseurs de chamois Jacques-Étienne. Mathéoud et Alexis Liotard, par l’itinéraire des Rochers Rouges. Il va à la Pointe Durand - autrefois appelée Pyramide - mais ne parle pas dans ses notes du sommet du Pelvoux. La première “certifiée” revient alors à Victor Puiseux en 1848. Edward Whymper viendra ensuite en 1861 pour situer le point culminant du massif : la Barre des Écrins]. Il en fera l’ascension 3 ans plus tard. Le 15 juillet 1881, W.A.B. Coolidge, accompagné de ses guides Christian Almer Père & Fils fait la première ascension du couloir qui porte désormais son nom.
  • Première ascension hivernale : 18 janvier 1925 - Daniel Armand-Delille, Jacques Meyer.

Voies d’ascension

Voies normales

  • Le Couloir Coolidge] est une belle façon d’arriver au sommet du Pelvoux. En contrepartie, il est très parcouru. La descente se fait généralement par le glacier des Violettes et est alors souvent appelée traversée du Pelvoux]
  • L’Arête des Rochers Rouges] est l’itinéraire historique d’ascension mais est pourtant un peu délaissé de nos jours. Il sera préféré lorsque le couloir Coolidge est trop en glace.

Les autres couloirs

Ces deux couloirs sont de bonnes alternatives au couloir Coolidge. Ils sont plus rapidement sec et sont donc à préférer en début de saison.

  • Couloir Mettrier]
  • Couloir Tucket]

Les arêtes

  • Pointe Puiseux : Arête N] : Très longue course sauvage typé Oisans
  • Pointe Puiseux : Arête W] : voie rocheuse
  • Petit Pelvoux : Arête S], très belle course complète et complexe.
  • Trois Dents du Pelvoux : Arête NE], cette arête fut, en son temps, une course très classique. Aujourd’hui passée de mode, sa fréquentation est faible. Pourtant, c’est une course relativement saine, se déroulant sur un rocher correct, et dans une ambiance à couper le souffle, en bordure du couloir Chaud.

Les voies neige/glace/mixte

  • Pente centrale] : voie mixte (goulotte puis pente de neige & glace). La pente de neige a été skié
  • Couloir Chaud], longtemps considérée comme la voie glaciaire la plus dure du massif. Elle est ces dernière années difficile à trouver en bonnes conditions (de neige et d’exposition aux séracs)

Les voies rocheuses

  • Trois Dents du Pelvoux : La fête des mères], une très longue escalade d’ampleur. Solitude garantie
  • Trois Dents du Pelvoux : Pilier E], longue et belle escalade de l’Oisans sauvage.

Itinéraires spécifiques au ski

  • Rochers Rouges] : Belle face de 800 m soutenue.

Bibliographie

  • Mont Pelvoux : première ascension par l’arête de la Momie (arête N. O.) par Pierre Dalloz, *Annuaire : chronique et itinéraire de l’ascension, en 1926.
  • Pelvoux par Lucien Devies, Annuaire GHM, 1931, no5, p.12-14 : chronique et itinéraire de la 2e ascension de l’Arête de la Momie en 1930.
  • Pelvoux : 1re ascension par l’arête E par Jean-Antoine Morin, La Montagne, 1932, no243, p.373-374, en 1932.