Ailefroide - 3954, culmen - Écrins - France

Ailefroide

France

3954 m

Cette page rassemble les informations sur l’ensemble des sommets d’Ailefroide :

  • Pointe Occidentale] (3954 m)
  • Ailefroide Centrale] (3927 m)
  • Pointe Fourastier] (3907 m)
  • Pointe Orientale] (3847 m)

Présentation

L’Ailefroide de la fin W de l’arête Pelvoux - Pic Sans Nom - Coup de Sabre

Historique

Première ascension : 7 juillet 1870 - Christian Almer père, Ulrich Almer, W.A.B Coolidge, Christian Gertsch.

Géologie

L’ensemble de l’Ailefroide est cristallin. Au-dessus de 3500 m environ, la chape rocheuse est constituée de gneiss amphibolique, roche métamorphique alternant des lits sombres riches en amphibole (minéral vert sombre) et des lits clairs feldspathiques. Sous cette altitude, les roches diffèrent selon le versant. En versant W, au-dessus du torrent E du Vénéon (Coste Rouge, Cime du Coin), la roche est un gneiss, mais de nature différente (gneiss migmatique). En versant NW (Glacier de Coste Rouge, La Temple) ainsi qu’en versant NE (au-dessus du Glacier Noir, Coup de Sabre) affleure un granite sombre (sans mica blanc, il est dit monzonitique). Enfin, en versant S, la base du massif est composée d’un granite plus clair (contenant du mica blanc, il est dit albitique).

Voies d’ascension

Voies Normales

  • Ailefroide Occidentale : Versant S (voie Normale)], voie normale, également utilisée à la descente. Terrain branlant, attention aux chutes de pierres.
  • Ailefroide Occidentale : Éperon SE], belle arête rocheuse au rocher correct. Intéressant également à la descente (meilleur rocher)
  • Ailefroide Orientale : Arête S] (à ski]), la seule voie normale relativement aisée, principalement neigeuse, est une grande classique très fréquentée.

Alpinisme Classique

  • Ailefroide Centrale : Arête N de Coste Rouge], longue arête dans un cadre grandiose. Le rocher est parfois délicat.
  • Ailefroide Occidentale : Arête SW], course complète au rocher souvent médiocre
  • Traversée Orientale → Centrale], longue course d’arête typée Oisans.
  • Traversée Orientale → Centrale → Occidentale], la même que la précédente mais en plus long
  • Tour des Ailefroide par le Col de Coste Rouge - Glacier Long - Col de la Tour Hanka], itinéraire long mais original.

Goulottes

  • Pointe Fourastier : La Fourastier], voie principalement glacière avec un peu de mixte
  • Ailefroide Occidentale : Voie Grassi], Itinéraire mythique où la difficulté viendra autant de la longueur de la course, des conditions rencontrées, et du choix du cheminement.
  • Ailefroide Occidentale : Tour Tatra : La hyène, le crabe et la dragonne], goulotte abordable et récemment ouverte.
  • Ailefroide Orientale : Goulotte Pschitt], beau et long itinéraire à faire en bonnes conditions
  • Ailefroide Orientale : Émeraude de gauche], jolie course au milieu des grandes faces N des Écrins avec longue approche et longue descente
  • Ailefroide Orientale : Émeraude de droite]

Voies Rocheuses

  • Devies-Gervasutti], grande voie rocheuse - la Walker de l’Oisans

Itinéraires spécifiques au ski

  • Glacier Long], bel itinéraire surtout intéressant à ski.
  • Voie des Plaques], ski de pente raide où il faut un peu bricoler… c’est histoire de skier là haut

Bibliographie

  • L’Ailefroide par W.-A.-B. Coolidge. Revue des Alpes Dauphinoises, 1899, no9, p.201-207 : histoire de l’identification de la montagne, récit de la première ascension et historique des ascensions jusqu’en 1896.
  • Le versant Nord-Ouest du Pic central de l’Ailefroide par Jean Vernet, Alpinisme GHM, 1929, no16, p.133, et 1930, no19, p.219-229 : mention et récit de la 1re ascension de la voie Vernet par la face W et l’arête N en 1929.